Quand l’OTAN prête le serment d’Hippocrate le temps d’une pandémie

Par Emma Pirard

En mai dernier, l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN), accompagnée de la Pologne, venait en aide à la Bosnie-Herzégovine en livrant des équipements médicaux dans le cadre de la gestion de la pandémie de la Covid-19.

Face à la gravité de la situation, l’intervention des forces armées de l’OTAN s’est montrée cruciale pour venir en aide aux États de l’Alliance atlantique mis en difficulté par la pandémie. La mobilisation de l’Alliance dans le cadre de la lutte contre la pandémie démontre ainsi ses capacités matérielles et opérationnelles ainsi que sa capacité d’adaptation dans un contexte plus large de redéfinition des enjeux de sécurité.

Un appel au front dans la lutte de la Covid-19

Face à la crise sanitaire mondiale de la Covid-19, l’OTAN s’est retrouvée en première ligne dans cette lutte contre le virus. Tout au long de cette crise, l’Alliance a mobilisé ses ressources afin d’acheminer du matériel médical, tel que des masques, ou encore transporter des malades vers des zones moins saturées.

Venue en soutien à ses États membres à l’aide de capacités et mécanismes déjà existants, l’OTAN s’est illustrée par sa capacité à coordonner les efforts de ses États membres. Ces échanges ont mené à la fourniture de services sociaux ou d’aide humanitaire aux pays et régions les plus nécessiteuses, membres de l’OTAN ou partenaires.

L’implication de l’Alliance a aussi été facilitée par la mise en place de l’opération « Allied Hand », qui a permis de stocker du matériel médical et de financer l’achat de fournitures afin de garantir une assistance immédiate aux pays alliés. Tout ceci a été rendu possible par la mise en place du Centre euro-atlantique de coordination des secours en cas de catastrophe (EADRCC), mis en place par l’OTAN, permettant aussi bien aux pays membres qu’aux partenaires d’assurer la coordination du processus de demande et de fourniture d’assistance en temps de pandémie.

De plus, l’OTAN a travaillé en étroite collaboration avec l’Union européenne, par le biais d’échanges d’informations quant aux mesures prises pour les pays de l’Alliance et ses partenaires. L’Alliance est également venue en aide à l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), à la suite de l’appel mondial lancé par l’ONU en vue de la mise à disposition de capacités de transport aérien, fortement perturbé dans le contexte de la pandémie.

Alors que les États-nations restent les acteurs primordiaux de la gestion de la pandémie, l’OTAN s’est tout de même illustrée comme un acteur crucial dans cette période de crise et d’incertitude. L’OTAN, en tant qu’organisation internationale, dispose en effet de moyens d’action et de coordination inaccessibles aux États qui agiraient seuls, démontrant encore la pertinence d’arrangements politiques interétatiques.

Une panoplie d’outils pour gérer les crises

Bien que la gestion des épidémies ne soit pas traditionnellement du ressort de l’OTAN dont le mandat est d’abord militaire et ancré dans une conception classique de la sécurité, l’Alliance s’est imposée comme un acteur incontournable dans la lutte contre la Covid-19. Elle a ainsi su réagir avec rapidité et efficacité pour venir en aide à ses membres les plus vulnérables.

Cette réaction quasi instantanée est rendue possible grâce à l’expérience en matière de gestion de crise dont dispose l’Alliance, qui lui a permis d’assurer la coordination et la logistique de la réponse concertée.

L’OTAN possède en effet plusieurs atouts non négligeables faisant de l’Alliance un acteur idéal pour la gestion de crises sanitaires : un cadre institutionnel multinational déployable rapidement, une capacité d’innovation et un corps médical apte à intervenir dans les pires conditions.

Au niveau des capacités opérationnelles dont dispose l’OTAN, il existe le mécanisme de mobilité aérienne pour intervention rapide de l’OTAN qui permet aux aéronefs militaires des pays alliés de se déployer rapidement dans toute l’Europe dans un court laps de temps. En réponse à la pandémie de la Covid-19, un aménagement approprié du mécanisme a été activé afin d’expédier rapidement les fournitures médicales. Le corps militaire de l’OTAN est expérimenté dans la mise sur pied des opérations de logistiques à grande échelle, et dispose d’une large main-d’œuvre pouvant se déplacer sur court préavis.

De l’autre, l’OTAN est capable d’innover rapidement, et propose des solutions novatrices. Le soutien logistique proposé par l’Agence OTAN de soutien et d’acquisition (NSPA) pilote les nouvelles initiatives telles que les respirateurs imprimés 3D ou des masques de ventilations réutilisés à partir d’équipement de plongée. Au cours de ces dernières décennies, les médecins militaires ont apporté d’importantes contributions aux progrès de la ventilation et des soins intensifs qui se sont avérés primordiaux depuis début 2020. 

Habitués d’opérer dans des infrastructures insalubres et avec des ressources insuffisantes, les contingents otaniens formés sur des théâtres d’opérations extérieurs ont pu mobiliser leur expertise médicale et d’urgence. Cette expertise est aussi le résultat d’exercices fictifs impliquant des situations qui peuvent se produire dans la vie réelle.

L’action de l’OTAN en réponse à la Covid-19 s’est construite sur des compétences qui l’éloignent de toute compétence résultant du domaine de la santé. Et montre que certains moyens militaires jugés très spécifiques sont en réalité faciles à redéployer dans des environnements non militaires.

Harmoniser une réponse commune

L’OTAN a été primordiale dans la mesure où elle a offert un cadre d’action commun aux pays membres, basé sur les principes de solidarité et d’entraide permettant de fournir une assistance conjointe.

L’OTAN a ainsi permis de mettre en place des réseaux de solidarité entre États membres, dépendamment des capacités de chacun : certains ont contribué en termes de moyens financiers, tandis que d’autres mettent leurs équipements à la disposition de tous. Plusieurs Alliés ont fait don d’équipements médicaux pour renflouer les stocks distribués aux membres dans le besoin : les États-Unis, la Hongrie et la Slovaquie ont contribué avec des respirateurs, tandis que l’Allemagne s’est chargée des équipements de protection individuelle.

Cette politique d’entraide a été résumée le Secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg qui a déclaré que “lorsque nous répondons ensemble, notre réponse est plus efficace ».  Rassembler les Alliés autour d’une vision stratégique commune, dans un ensemble de valeurs et intérêts partagés, constitue l’essence même du rôle politique joué par l’Organisation.

Parmi les pays ayant bénéficié de ce fonds d’aide, on retrouve la République de Moldavie qui a reçu pas moins de 100 000 masques, le 29 mars 2021. Financées par le Luxembourg et la Norvège, les forces armées roumaines ont assuré la logistique du transport du matériel médical. La République de Moldavie est l’un des treize pays a sollicité l’aide des alliés de mesures d’assistance via l’EADRCC. 

La Covid-19 comme nouvel ennemi commun

Si la crise de Covid-19 a nécessité une gestion de crise inédite du fait de son caractère sanitaire sur le sol européen, il s’agit d’un combat face à un ennemi commun qui pourrait permettre de resserrer les liens d’une organisation qui peine à justifier son inexistence. La pandémie pourrait ainsi renforcer la pertinence de l’OTAN.

Cette crise sans précédent pourrait permettre à l’OTAN d’élargir son champ d’action, et d’outrepasser son image originelle d’alliance à portée purement militaire. En plus de la gestion de crise environnementale, l’OTAN tente de faire valoir une conception de défense multidimensionnelle des domaines d’intervention. Cela pourrait constituer l’élément déclencheur dont avait besoin l’OTAN pour renaître de ses cendres.

En effet, l’Alliance peut reposer cette réorientation sur le caractère sécuritaire d’une pandémie telle que celle de la Covid-19. Le contexte actuel a mis en exergue une réalité tout autre et démontre à quel point les pandémies ont un impact sur la santé des civils, mais également sur leur sécurité. La crise de la Covid-19 aura au moins réveillé la communauté internationale, mais l’OTAN va devoir rester vigilante et solidaire dans les années à venir. Les changements climatiques peuvent entrainer de nouvelles pandémies et de nouvelles catastrophes naturelles transformant la nature des menaces pour lesquelles l’OTAN s’est toujours préparée.

Un renouveau de l’OTAN

Bien qu’au départ, l’OTAN ne soit qu’une organisation politico-militaire avec un « p » minuscule et un « M » majuscule, ses capacités en termes de ressources militaires et de déploiements ne pouvaient pas être ignorée pour faire face à cette crise de grande envergure. L’apport du secteur militaire reste considérable où tous les pays de l’Alliance unissent leurs forces, complémentant la réponse politique.

La gestion de la crise de la Covid-19 permet de mettre en exergue le rôle essentiel joué par les forces militaires de l’OTAN, pourtant loin de leur champ d’action traditionnelle. Cette pandémie pourrait permettre à l’Alliance de redéfinir son champ d’action, et de faire valoir sa pertinence si souvent remise en question. Afin de mieux répondre aux crises d’une telle envergure, consacrer un chapitre exclusif à la gestion de pandémies dans la prochaine réédition des manuels militaires serait un moyen d’enseignement.

À propos de l’auteure

Anaïs a récemment complété un baccalauréat en économie et politique à l’Université de Montréal. Elle s’intéresse particulièrement à l’Union européenne, au populisme et aux relations américano-européennes.

Emma Pirard est étudiante au baccalauréat en science politique à l’Université de Montréal. Ses intérêts portent principalement sur les enjeux de sécurité internationale et la région du Moyen-Orient.

Cet article a été préparé dans le cadre du cours POL2510-Organisations internationales

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s